Archive for août, 2013

Faire un vol en mouette

Jeudi, août 29th, 2013

Un vol en mouette, cela vous tente ? Ce n’est pas une blague, car la mouette est en réalité le Seagull, un avion aujourd’hui entré dans la légende. Car le Seagull est un hydravion. Aujourd’hui, une poignée de collecteurs à fait appel aux spécialistes des loisirs aérien en France pour pouvoir sortir l’avion et vendre des baptêmes afin de financer quelques réparations nécessaires. C’est chose faite puisque l’ensemble des places vendues ont permis de remettre à neuf une partie du train de l’avion qui va donc s’élancer depuis La Rochelle, avec à son bord des heureux élus qui voleront dans une pièce historique de l’aviation. Un des traits les plus regrettables de 1′industrie aéronautique britannique autrefois très importante fut sa capacité à se lancer parfois à l’aveuglette dans des voies menant à des impasses au stade du développement ou au moment de la commercialisation. Comme il est dit plus loin dans cet ouvrage, nombre de concepts innovateurs, de prototypes, d’appareils de développement et de recherche furent construits et essayes en vol en Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale, mais beaucoup ne débouchèrent pas sur des avions produits en série et sur la durée. L’un de ces types peu prometteurs fut l’amphibie Supermarine Seagull. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’hydravion à coque Vickers-Supermarine Walrus avait rendu d’excellents services à la Royal Navy et à la Royal Air Force notamment en recueillant les aviateurs alliés tombés en mer. Le Walrus était un biplan amphibie à hélice propulsive. Son remplaçant potentiel, le biplan Supermarine Sea Otter, conserva son architecture générale (sauf son moteur, plus conventionnel et avec une hélice tractrice), sans réussir toutefois à remplacer le redoutable Walrus avec autant d°efficacité. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la fiche-programme S. 12/40 émise par le ministère de l’Air britannique demanda un remplaçant plus moderne de ces deux types, capable d’accomplir des missions de reconnaissance et de sauvetage à partir des navires de la Royal Navy. Le projet de Supermarine répondant à ces spécifications construit en tant que Type 38 Seagull fut doté d’une configuration de monoplan amphibie bien profilé et de diverses autres caractéristiques inhabituelles. L’une d’entre elles concernait sa voilure monoplane surélevée à incidence variable. Cette innovation peu courante permettait au pilote du Seagull de maintenir l’assiette du fuselage horizontale en finale et par conséquent d’avoir une meilleure vision vers l’avant que dans la plupart des appareils atterrissant queue basse. Il reste des places disponibles pour ceux qui veulent tenter leur chance. Les billets sont à acheter sur le site spécialisé « Vol en avion de chasse ».