Archive for juin, 2019

Décollage en douceur à Brive

Mardi, juin 11th, 2019

La semaine dernière, j’ai réalisé un vol en montgolfière. Même si ce n’est à première vue pas une expérience décoiffante comme je les aime, il se trouve que j’ai été enchanté par cette expérience. C’est une excellente manière de se distancier du monde, aussi bien au premier qu’au second degré. Pris comme on l’est par le quotidien, on a tendance à perdre de vue certaines réalités. On est tellement plongés dans l’actualité qu’on ne prend plus de recul. Mais il suffit de survoler le monde en montgolfière pour comprendre que tout cela est frivole. Vu de là-haut, la Terrese découvre comme elle est, à la fois vaste et sublimeEt les hommes, quant à eux, deviennent infiniment petits, les maisons font la taille de dés à coudre. On se souvient conscience que l’homme n’est en réalité rien, et que tous ses problèmes viennent du fait qu’il se croit plus essentiel qu’il ne l’est. Et cette petitesse est aussi temporelle. Nous sommes des éphémères au regard de l’univers. Toutes nos entreprises, toutes nos créations ne sont que des châteaux de sable qui seront détruits à la prochaine marée. Le monde qu’on admire depuis une montgolfière existait bien avant que l’homme n’apparaisse, et survivra bien après sa mort. Je sais ce que cette réflexion peut paraître élémentaire : je crois qu’il faut avoir fait soi-même un vol en montgolfière pour comprendre. Il y a une énorme différence entre le fait de savoir que nous sommes poussière, et le fait de le ressentir pleinement en observant la grandeur de notre monde. Si comme moi vous êtes du genre à perdre de vue l’essentiel, je vous conseille d’effectuer un vol en montgolfière. D’ailleurs, je vous mets en lien le site où j’ai trouvé mon vol. Je l’ai effectué, mais on en trouve un peu partout en France. Pour plus d’informations, allez sur le site de cette expérience de baptême en montgolfière à Brive et trouvez toutes les informations.

montgolfiere 2 (2)

Séminaire de Xiamen sur les forces financières

Lundi, juin 3rd, 2019

Un peu plus tard, vers 10 heures, le dernier rang des gouvernements reconnus se rendit sur les lieux de travail de la plus importante industrie libre de Chine, l’aquarium considéré comme un problème. Les chercheurs de l’Unirule Institution of Economics sont tout simplement trop bruyants pour vos voisins proches, at-il ajouté, et devraient envisager de trouver un autre lieu de travail. C’était en fait une étrange allégation à faire contre une organisation dans laquelle l’idée d’une soirée sauvage pourrait très bien incorporer une conversation fatigante sur le minimum de Hayek, séminaire mais personne à Unirule n’a été étonné. Pendant des semaines, l’organisation a fini par être harcelée dans son nouveau condominium européen à Pékin par un groupe de visiteurs troublés: un propriétaire déclarant qu’il enfreignait les termes de son contrat de location, des férus fiscaux exigeant l’examen de registres économiques, séminaire entreprise des bureaucrates citant des infractions de public non spécifié règles. Le directeur professionnel d’Unirule, Sheng Hong, un économiste adorable et obsolète depuis 64 ans, a fait l’expérience de fournir à ses collaborateurs un ensemble d’instructions pour ces nominations. Celles-ci étaient courtoises, fournissaient les dossiers demandés et garantissaient la résolution de problèmes légitimes. Son collègue, Jiang Hao, a adopté l’ensemble des scripts à l’aide du formel, lui révélant que le réservoir envisagé s’excuserait dûment à qui que ce soit qui aurait été contrarié et pourrait être moins bruyant par la suite. Ses prétentions semblaient rentables et le visiteur s’en alla. Jiang était à son bureau ce midi quand le propriétaire d’Unirule est venu, accompagné d’un directeur de maison et d’une équipe de concepteurs transportant des outils de musculation, une torche de soudage et une entrée en acier renforcé. Les portes de sécurité ne sont pas rares dans les complexes résidentiels en Chine et, au début, Jiang n’était pas particulièrement alarmé. Quelque chose d’incroyable s’est alors produit: le personnel a commencé à souder l’entrée au bureau d’Unirule, sécurisant ainsi Jiang et plusieurs de ses collègues. Il a protesté et pris des images, mais les travailleurs ont refusé d’éviter. Ne sachant pas quoi terminer, Jiang a appelé les autorités. Bientôt, les fonctionnaires sont venus et ont convaincu le gardien de la propriété d’autoriser les employés d’Unirule à sortir. Une fois qu’ils ont été renvoyés le lendemain pour récupérer leurs objets, l’entrée en métal était à nouveau protégée. Deux ou trois jours plus tard, deux caméras de surveillance ont été mises en place à l’extérieur.