Bahamas et Abacos

Les Abacos ? Deux îles principales des Bahamas, Little Abaco au nord et Great Abaco au sud, et, face à elles, une centaine de minuscules îlots, les cays, dessinant une ligne verticale sur plus de 200 kilomètres. Entre les îles et les cays s’étend la mer des Abacos. Azur, forcément azur. Même si on est loin, très loin de toute tentation « riviera ». Les loyalistes anglais qui ont peuplé l’archipel à partir de 1783, fervents défenseurs de la Couronne et de l’anglicité, ont laissé une empreinte indélébile sur ces petites îles des Caraïbes et sur leurs habitants. Même l’indépendance, acquise en 1973, n’aura pas eu raison de l’attachement des Bahaméens à leur héritage britannique. Il se lit aussi bien dans l’architecture des villages que dans le goût persistant des habitants pour la navigation. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si les Abacos sont devenus capitale mondiale de la plaisance. Il va sans dire que le bateau, ici, est la meilleure option pour sillonner cet archipel qui compte presque plus de marinas que d’habitants. Protégées par une longue barrière de corail, ses eaux, peu profondes, sont idéales pour la navigation. On y cabote d’île en île, jetant l’ancre dans des criques désertes et mouillant au large de villages oubliés du temps. À l’ouest des cays, la mer des Abacos cède sa place à l’océan Atlantique. Oubliées les allures de lac placide, place aux vagues qui déferlent contre les récifs coralliens ! Dans ces eaux jadis infestées de pirates, les amateurs de plongée trouveront même quelques galions espagnols à se mettre sous la dent. En savoir +

Tags: , ,

Comments are closed.