Témoignage – piloter un avion

Hier, j’ai réalisé un rêve de gosse : effectuer un stage de pilotage d’avion. Il ne s’agissait bien sûr pas d’un gros avion de ligne mais d’un modèle de loisir : un Robin. Mais c’est un bon début, non ? Ca s’est passé à Besançon, par une journée grisâtre. Mais peu importait, tant que je pouvais voler ! Avant le jour J, je craignais que le pilotage s’avère difficile. Mais s’il y a bien une chose que j’ai comprise lors de ce vol, c’est que piloter un avion de cette catégorie est accessible à n’importe qui. A tel point qu’on peut s’essayer au pilotage avant même d’être en âge pour le permis de conduire, cela montre comme c’est faisable ! Les deux parties les plus inquiétantes sont évidemment le décollage et l’atterrissage. Mais entre les deux, ce n’est que du fun. Le vol se décompose en plusieurs étapes. D’abord, il y a la préparation. Parce que oui, on ne prend pas un avion comme on prend une voiture. Avant de décoller, il faut d’abord analyser son plan de vol, s’équiper, vérifier l’aspect extérieur de l’appareil, et suivre les différents check-up avant même de monter dans le cockpit. En ce qui me concerne, le meilleur de l’expérience ne réside pas dans les paysages (pourtant très beaux) qu’on peut apercevoir par la verrière, mais dans le pilotage lui-même. Manier les commandes est assez agréable. D’abord parce qu’on passe du rôle de simple badaud à celui d’acteur, ce qui n’est déjà en soi pas banal. Et puis parce que cette sensation qu’on éprouve en pilotant est en soi ensorcelante. On ressent le vent qui fait dévier la trajectoire de l’appareil et on a du coup presque l’impression de repousser le vent lorsque l’on faire virer l’appareil. Je ne sais pas trop pourquoi, mais c’est un moment assez intense. Plus fatigant que ce que j’avais imaginé, en fait. D’une part, parce que quand on est un novice, on ne sait pas trop où regarder : les cadrans ou ce qu’il y a au-delà de la verrière ? Et aussi parce qu’il faut quand même garder les mains pressées sur le joystick (il est certes facile à contrôler mais il inflige quand même un retour de force qui se fait sentir). Bref, que vous soyez aventurier ou non, c’est une expérience fabuleuse que je vous suggère d’essayer au moins une fois dans votre vie. Pour ceux que ça intéresse, voilà le lien vers un site qui m’a servi pour mon baptême de pilotage avion à Besançon. Suivez le lien.

11356541_116592498676050_1055380223_n

Tags: ,

Comments are closed.